Quand l’humanitaire redevient une cause de proximité

Depuis de nombreuses années, les études comme celles de France Générosités ou Recherches & Solidarités montrent la préférence accrue des donateurs pour les causes dites « de proximité ». L’humanitaire est donc souvent délaissé au profit de l’aide sociale en France, de la recherche médicale, de l’aide aux personnes handicapées, etc.

 

Un écho à la formule de Jean Montalat en 1964, « La Corrèze avant le Zambèze » ? Un phénomène structurel en tout cas.

Lire la suite

Donateurs, soyez efficaces !

Cette injonction de plus en plus fréquente dans l’univers philanthropique est au cœur du dossier « Les nouveaux habits de la philanthropie : l’altruisme efficace » de Juliette Boulay sur Latribune.fr. Le chapô est sans équivoque : « Comment réduire l’extrême pauvreté dans le monde avec un minimum de ressources ? Pour résoudre cette équation, chaque dépense – de temps ou d’argent – doit être allouée de façon à faire le plus de bien possible. »

 

Ce dossier est intéressant car il montre une tendance de fond de la philanthropie qui consiste à se poser la question de l’efficacité quand, il y a quelques années encore, les donateurs traditionnels envisageaient d’abord le don comme un acte de charité et laissaient parfois au second plan l’effet de levier que ce don pouvait produire. Cependant, je trouve gênant que cet éclairage soit trop univoque considérant comme intrinsèquement positive l’efficacité à tout crin, oubliant au passage quelques nécessaires nuances.

 

philanthropie et efficacité

 

L’efficacité n’est pas garantie d’utilité

 

La journaliste part du postulat suivant : « Certains dons sont plus utiles que d’autres ». Très certainement. Elle en conclut qu’il faut ainsi chercher à faire des dons plus efficaces pour être en quelque sorte un meilleur philanthrope. Cependant, l’efficacité n’est pas gage d’utilité. Un don utile me semble être un don répondant à des besoins non couverts. Il peut certes financer directement un programme, mais ce don sera parfois tout aussi utile en finançant les frais de la structure qui porte le projet. Or, nous le savons, les dons non-affectés qui permettent de faire vivre les associations sont les parents pauvres de la collecte de fonds. Il est naturellement utile de payer les briques pour la construction d’une maison, mais il ne l’est pas moins de payer le cabinet d’architecte et les ouvriers qui rendent également sa construction possible.

 

Lire la suite

Le don de gamètes pour la 1ère fois à la radio avec Burson Marsteller i&e et LIMITE

Depuis le 1er juin, et après une première vague de campagne print et web en fin d’année 2014, l’Agence de la biomédecine reprend la parole, avec avec la première campagne radio d’incitation au don d’ovocytes et de spermatozoïdes.

 

Le premier parti pris de la campagne – composée de 3 spots – est de mettre en scène dans des contextes de la vie de tous les jours (un parc, une voiture, un jardin d’enfants) ce sujet encore « exceptionnel » (près d’un Français sur deux ignore que l’on peut donner des ovocytes et un sur cinq des spermatozoïdes, selon un sondage Viavoice réalisé en décembre dernier).

  Lire la suite

Succès des quatrièmes Assises de la Philanthropie

Cette 4ème édition des Assises de la Philanthropie a rassemblé près de 600 professionnels et mécènes. Depuis sa création en 2009, cet événement – organisé avec LIMITE par l’Institut Pasteur et Le Monde avec le soutien de Neuflize OBC et en partenariat avec Prophil et Delsol Avocats – s’est imposé comme le rendez-vous de référence en France sur la philanthropie.

 salle des assises philanthropie 2015

Le 31 mars 2015 le Centre de Conférences de l’Institut Pasteur était comble pour cette journée d’échanges sur le thème : « les nouveaux visages de la philanthropie ».

  Lire la suite