6ème baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP* : les « généreux Y » prennent le relai

La 6e vague du baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP, en partenariat avec l’IDAF et l’AFF, révèle que le réflexe de donner en ligne continue de s’installer : 26% des Français sont aujourd’hui des e-donateurs (+ 2 points par rapport à 2015).

Derrière ce chiffre, se confirme une tendance apparue en 2014 : les donateurs de moins de 35 ans sont de plus en plus nombreux à donner en ligne (22%, soit 6 points de plus) et sont pour la première fois au même niveau que les e-donateurs entre 35 et 64 ans. Seuls les 65 ans et plus sont davantage représentées chez les e-donateurs (39%), avec bien entendu des montants de dons plus élevés.

Barometre_edonateur_visuel1

« Nous constatons une pratique qui s’installe petit à petit chez ce segment de population, jusqu’ici nettement moins réceptif aux appels aux dons que ses aînés. Évolution probablement en partie liée au succès et à la diffusion des différents réseaux sociaux qui participent au déploiement de la visibilité des associations. » Jérôme Fourquet, Directeur du Département Opinion et Stratégies d’Entreprise de l’IFOP.

Parmi les autres grands enseignements qu’il convient de retenir de l’enquête 2016, on notera en effet la place croissante des réseaux sociaux :

  • près de 4 e-donateurs sur 10 recommandent des associations à leurs contacts via les réseaux sociaux (36%), une pratique plus accentuée et de plus en plus fréquente chez les moins de 35 ans (ils sont 61% à déclarer le faire, +39 points par rapport à 2010). C’est ce que nous avons appelé le « transidon[1]», en référence au « don-abandon » de Michel Serres, à savoir le fait d’offrir une part de son influence en ligne aux tiers de confiance associatifs ;

Barometre_edonateur_visuel2

  • Facebook apparaît clairement, pour les ONG, comme le vecteur de visibilité le plus efficace. Plus des deux tiers des e-donateurs relayant des informations des ONG sur les réseaux sociaux déclarent le faire par ce canal (67% de citations, 80% chez les moins de 35 ans). De ce point de vue, Twitter, et plus encore Instagram, se révèlent des réseaux très clivants sur lesquels les moins de 35 ans sont nettement plus présents que leurs aînés. En parallèle, le benchmark réalisé par LIMITE montre la progression croissante de l’audience des ONG sur les réseaux sociaux, avec une progression de 19% du nombre moyen de fans sur Facebook (76 444 en 2015 contre 19 072 en 2010) et de 66% du nombre de followers sur Twitter (33 359 en 2015 contre 8 719 en 2010).

On constate cependant de fortes disparités entre les associations, toutes n’ayant pas encore pris vraiment le virage du digital.

  • Si ces réseaux apparaissent clairement comme un support de communication qui ne cesse de progresser, ils sont également le lieu de découverte de nouvelles associations pour un nombre non négligeable de personnes, notamment les moins de 50 ans, leurs aînés apparaissant particulièrement distancés sur cette pratique. Facebook se situe là encore en bonne place (33% des e-donateurs interrogés déclarent avoir découvert de nouvelles associations par ce biais).

Le croisement entre l’étude IFOP et l’analyse de la présence digitale des associations et fondations françaises montre également un décalage accru entre certaines attentes des e-donateurs et les réponses que leur apportent les associations et fondations, notamment en termes d’information, de transparence et de capacité à dialoguer.

On constate ainsi une baisse de 10 points de la satisfaction des donateurs vis-à-vis des informations reçues en retour de leurs dons faits en ligne (78% vs. 88% en janvier 2014) alors que dans le même temps, on note une dégradation du niveau d’accessibilité de l’internaute aux comptes des associations (-4 points) ou encore du récit de leurs actions concrètes (-10 points).

Barometre_edonateur_visuel3

 

N’hésitez à nous contacter si vous souhaitez une présentation détaillée de l’étude avec un focus sur votre association.
* Echantillon de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou de temps en temps des dons sur Internet), extrait d’un échantillon de 2 010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas. Les interviews ont eu lieu par questionnaire en ligne auto-administré, du 5 au 14 janvier 2016.
[1] Pardon et don : de la réciprocité à la transitivité : http://agence-limite.fr/blog/2014/08/pardon-et-don-de-la-reciprocite-a-la-transitivite/
Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

3 sujets commentés “6ème baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP* : les « généreux Y » prennent le relai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *