L’évaluation de la Loi Leonetti en question : laisser ou faire mourir, la différence est-elle toujours si simple ?

Mardi 9 décembre 2008, de 19h00 à 21h30 à l’Institut Pasteur, l’Association Ethique Clinique & Société propose un débat à propos de la Loi Leonetti sur l’accompagnement de la fin de vie, à la lumière de cas concrets que les équipes du Centre d’éthique clinique de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris dirigé par Véronique Fournier vivent depuis 6 ans en matière d’aide aux décisions difficiles entre les patients, leurs familles et les équipes soignantes.

La loi Leonetti du 22 avril 2005 « affirme pour la première fois l’interdiction de l’obstination déraisonnable. L’objectif est d’autoriser la suspension d’un traitement ou de ne pas l’entreprendre, si ses résultats escomptés sont inopportuns. »

L’affaire Chantal Sébire a démontré  la complexité et la montée de la sensibilité de l’opinion publique sur ces questions. Les cas concrets que suivent les équipes du Centre d’éthique clinique montrent que l’ambiguïté et le non dit, s’ils sont plus faciles à gérer politiquement, sont sources d’inefficacité et de souffrances dans la vie réelle.

Au moment où la Mission parlementaire d’évaluation de la Loi Leonetti rend ses conclusions, l’Association Ethique Clinique & Société, Présidée par le Professeur Gérard Lévy, apporte l’éclairage de cette réalité au débat encore à mener, en présence de :
– Jean-Claude Ameisen, Président du comité d’éthique de l’Inserm,
– Philippe Bataille, sociologue
– Denis Berthiau, juriste.

Avec le soutien de la Fondation Crédit Coopératif

Edition offerte par la Caisse des Dépôts et Consignations

L’agence LIMITE assure la stratégie de communication et de partenariats de l’Association Ethique Clinique & Société

Contact : xavier.gay[at]agence-limite.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.